Petite histoire de l'AFCA

De l'ACA...

L’Association française du cinéma d’animation a vu le jour en 1971, mais le vaste mouvement de reconnaissance et de promotion, dont elle procède, est largement antérieur. Il a pour origine la passion pour le film image par image de deux Bordelais, André Martin et Michel Boschet, cinéphiles émerveillés bientôt animateurs d’un ciné-club local puis cinéastes d’animation débutants. « Montés » à Paris dans les années cinquante, ils étaient bien décidés à exercer et à promouvoir ce pan du 7eArt. Ce fut le temps des « Journées du cinéma » qui se déroulaient dans une cinquantaine de villes. 

Puis naquirent les Journées internationales du film de court métrage (Tours, 1955-1972) puis les Journées internationales du cinéma d’animation qui se déroulèrent à Cannes en 1956 et 1958 avant de prendre rang de festival à Annecy, à partir de 1960.Ce sont les premières rencontres cannoises qui suscitèrent l’idée et bientôt l’impérieux besoin de fonder une association nationale. 

C’est ainsi que l’Aca (Association des artistes et amis du cinéma d’animation) est créée en 1957, réunissant entre autres : Alexandre Alexeïeff, Arcady, Berthold Bartosch, Omer Boucquey, Paul Grimault, Henri Gruel, Jean Image, Raymond Maillet... 

L’Aca organisa fréquemment des projections, au musée Guimet et au musée des Arts décoratifs. 

...à l'AFCA

Une saine contagion avait gagné la plupart des pays producteurs et des associations nationales voyaient le jour un peu partout. 

La création en 1960 de l’Asifa (Association internationale du film d’animation) allait graduellement mobiliser énergie et moyens en faveur de celle-ci et amener l’Aca à un déclin progressif. Les turbulences de 1968 mirent définitivement fin à son existence. Une éphémère Upfa (Union des professionnels du film d’animation) se signala brièvement.

Un certain temps et de nombreuses réunions furent nécessaires pour remettre sur pied une association regroupant les professionnels du cinéma d’animation. C'est ainsi qu'en 1971, l'association pris le nom d'Asifa-France puis s'affranchit des instances dirigeantes de l'Asifa en 1974, en prenant le nom d'AFCA - association française du cinéma d'animation  

Raymond Maillet fut son délégué général depuis le début et jusqu’en 1993. Il dirigea le Festival d’Annecy de 1971 à 1981. Sous sa direction, l’Afca a inauguré le cycle des projections mensuelles de l’Animathèque en 1975 et a créé le Festival national du film d’animation à Marly-le-Roi en 1983 (annuel jusqu’en 1990, puis biennal). En 1994, après sa disparition, la gestion de l’association et de ses actions incomba au Conseil d’administration, toujours bénévole. Le poste de délégué général fut attribué à Pierre Jouvanceau qui travaillait avec Raymond Maillet à la rédaction et à la mise en page de La Lettre

Depuis 1996

En 1996, Mikhal Bak rejoint le Conseil d’administration et propose un projet de développement d’activité de l’AFCA, comprenant notamment l’ouverture du Festival national au grand public. Devenue déléguée générale à son tour, elle a dirigé les activités de l’AFCA de 1997 à 2006. L’équipe s’est agrandie, avec l’arrivée de Marina Feodoroff en 1999, d’Olivier Catherin et de Bernadette Broussal en 2002. Ces deux derniers ayant quitté l’association en 2008, c’est au tour de Juliette Crochu de rejoindre l’AFCA. 

Tout en maintenant les séances de l’Animathèque et la parution régulière de La Lettre de l’Afca, de nouvelles actions ont été entreprises : création du site internet en 1997, publication de l’Animannuaire, guide des professionnels du film d’animation en France en 1998 et en 2003 (coédité avec le SPFA et les Éditions Dujarric) et d’Écrire l’animation en 2001, implantation du Festival national à Auch en 1999 (et pérennisation d’éditions biennales jusqu’en 2007), circulation de programmes (de 2000 à 2004) création de la Fête du cinéma d’animation en 2002 (événement annuel), mise en place d’un centre de ressources, organisation de tables rondes, gestion d’une boutique (de 2003 à 2008)...

En 2000, l’Asifa et l’AFCA ont renoué un lien grâce à la création d’une « passerelle AFCA-Asifa France », permettant aux membres de l’AFCA d’adhérer à l’Asifa.

En 2009, Marina Feodoroff quitte à son tour l'association. L'AFCA accueille en son sein Cécile Noesser dans le cadre d'un contrat Ciffre qui lui permet de mener sa thèse (achevée en 2013) : La Résistible ascension du cinéma d'animation. Socio-genèse d'un cinéma-bis en France (1950-2010). En parallèle, elle devient coordinatrice de la programmation du Festival, de la rédaction de La Lettre de l'Afca et du Centre de ressources.

En 2010, elle est rejointe par Julien Pareja sur la coordination du Festival au niveau régional puis par Audrey Celot sur les actions culturelles et la formation, tous deux basés en Bretagne.

En 2012, le poste de délégué général est de nouveau remis en place et occupé par Bernard Boulad puis Sabine Zipci en 2014.

Enfin, après le départ de Juliette Crochu en 2013, Benoît Mandeville rejoint l'AFCA en tant que chargé d'administration et Jeanne Dubost sur la coordination de la Fête du cinéma d'animation et la communication.

Aujourd'hui, l'AFCA compte une équipe de six permanents, répartis entre Paris et la Bretagne, qui portent l'ensemble des actions de l'association en étroite collaboration avec les membres du conseil d'administration et de nombreux collaborateurs, bénévoles et partenaires.